L'Irak, Un siècle de faillite
EAN13
9791021045439
ISBN
979-10-210-4543-9
Éditeur
Tallandier
Date de publication
Collection
HISTOIRE
Nombre de pages
287
Dimensions
20 x 14 x 2 cm
Poids
348 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'Irak

Un siècle de faillite

Tallandier

Histoire

Offres

L'Irak a 100 ans. Ce vaste pays du Moyen-Orient de 40 millions d'habitants peine à s'inventer une identité partagée et se trouve au bord de l'implosion.
Résultat d'un découpage arbitraire fait par les Britanniques en 1921 à la suite du démantèlement de l'Empire ottoman, l'Irak s'est construit sans socle politique et culturel commun. Divisé en trois régions occupées par trois communautés ¿ les chiites au sud et majoritaires, les sunnites au centre, les Kurdes au nord ¿, le pays souffre des rivalités entre ces entités que tout oppose : ni la langue, ni les modes de vie, ni la mémoire collective ne les réunit. De Bassora à Mossoul, de Bagdad à Erbil, l'absence de mythe fondateur et de projets communs retournent violemment ces groupes les uns contre les autres.
C'est une histoire passionnante à laquelle nous convie le francoirakien Adel Bakawan qui aime son pays autant qu'il s'en désespère car, après un siècle, le projet initial d'intégration nationale du roi Fayçal reste dans l'impasse. Aujourd'hui, face à la corruption généralisée, la main basse des partis sur les ressources du pays ¿ l'Irak vit à 95 % du pétrole ¿, les ingérences de l'institution religieuse, la milicisation du pays et l'injustice sociale profonde, la nouvelle génération, désillusionnée, exprime une réelle colère contre les classes politiques et constate l'échec de l'unification de l'Irak, sans trouver d'horizon.Adel Bakawan est sociologue, directeur du Centre français de recherche sur l'Irak (CFRI), membre de l'Institut de recherche et d'études méditerranée Moyen-Orient (Iremmo), chercheur associé à l'Institut français des relations internationales (IFRI) et au Centre arabe de recherches et d'études politiques de Paris (Carep).
S'identifier pour envoyer des commentaires.